Démarche Think-Do&Share Tank de la Transition Ecologique et Citoyenne/Solidaire à CentraleSupélec

Document de synthèse complet accessible ici


Contexte

L’Ecole CentraleSupélec, sous l’impulsion de ses élèves et de ses anciens, a commandité au printemps 2018 auprès de l’association des anciens de l’Ecole Centrale Paris (AECP), devenue association CentraleSupélec Alumni en fusionnant avec l’association des Supélec, la création d’un Think-Do&Share Tank de la Transition Ecologique et Citoyenne-Solidaire. (TECS). Ceci a été validé par Hervé Biausser, alors directeur de l'Ecole et le relais a été assuré par Romain Soubeyran, actuel directeur.

L’AECP a mandaté le groupement Economie Sociale et Solidaire, assisté des groupements Ingénieur et Développement Durable et Centrale Ethique, pour travailler sur ce sujet pendant une durée de deux ans. Cette page restitue la synthèse des actions menées.

 

Objectifs de la démarche

La démarche a été séquencée en 5 étapes et l’objectif des travaux était (Plus d’informations dans le document de cadrage) :

-d’analyser les enseignements, formations, recherches déjà existants dans le domaine de l’ESS, en particulier dans les cursus scientifiques, et enquêter auprès des enseignants et élèves actuels ou passés,

-d’identifier les priorités, tant en termes de formation que de recherche,

-d’appuyer le développement de l’ESS de manière structurelle au sein de l’enseignement de CentraleSupélec; ce développement pourrait aller jusqu’à la création d’une chaire sur la transition écologique et solidaire incluant les disciplines de l’ESS au sein de l’Ecole,

-de mettre en place une dynamique pour aider les élèves à réussir dans l’ESS à la sortie de l’Ecole ou en cours de carrière en coordination avec les organismes extérieurs.

Ateliers de travail collaboratifs, impliquant des personnes de profils divers : élèves, enseignants, professionnels de l’ESS


Etape 1 : détail de quelques initiatives dans les cursus existants

Une enquête a été menée auprès de 21 entités agissant sur les campus d’ingénieurs scientifiques: 12 grands établissements d’enseignements scientifiques publics ou privés, 1 organisme privé chargé de missions de service public (Sécurité Sociale), 6 associations, 2 entreprises. Les personnes interrogées ont répondu à notre sondage ou nous ont été adressées car elles essayent, à travers leurs cursus, de faire ressortir de nouveaux aspects à prendre en compte dans la conception et la production de biens et de services.

Le document de ‘Restitution des entretiens sur le détail des cursus ESS (ou affiliés) existants dans des établissement d’enseignement, notamment d’ingénieurs scientifiques’ est disponible en cliquant ici 


D’autres documents ont également été élaborés et sont disponibles :

-ébauche de vision du projet de juillet 2018,

-nouveau panorama de l'ESS ,

-résumé, synthèse et verbatim de la rencontre avec Hervé Biausser .


Etape 2 : identification des domaines de compétences à développer au sein du cursus de formation

Deux ateliers de travail collaboratifs, impliquant des personnes de profils divers : élèves, enseignants, professionnels de l’ESS, ont été organisés pour aborder le sujet des compétences à acquérir pour les nouveaux métiers de la transition écologique et citoyenne-solidaire, et plus largement, pour la prise en compte des dimensions de cette transition dans l’ensemble des métiers de l’ingénieur.

Ils ont donné lieu à une adaptation d’une grille d’évaluation des formations en masters et développement durable de l’école des Ponts ParisTech, élaborée par Emeric Fortin. Celle-ci est disponible en cliquant ici .


Etape 3 : identification de partenaires au projet

Avec quelques professeurs engagés, ayant la volonté de lancer une dynamique multi acteurs, notamment avec les élèves et des anciens, une proposition a été faite de commencer par créer un lieu pour débattre : pour accompagner la transformation de la formation de l’ingénieur CentraleSupélec, mais également des étudiants en master et des doctorants, en réponse aux enjeux environnementaux et sociaux pour une société durable, la création d’une « Manufacture CentraleSupélec pour une transition écologique, citoyenne et solidaire » a été initiée.

Un soutien fondamental de ce projet est celui de la Fondation CentraleSupélec qui a créé un fonds ‘TECS’ dédié, qui permettra de financer les projets en cours de construction.


Etape 4 : élaboration de premières propositions auprès de l’Ecole

La mise en débat des enjeux et des solutions, préalable à l’action et permettant l’organisation d’un processus de construction d’un nouveau corpus académique, est architecturée autour de «temps forts» et «temps longs».

Les «temps forts» sont des événements tels que des conférences, colloques, séminaires... Ils rythment le déroulement du temps et doivent être nourris par le fruit de réflexions sur des temps longs.

Les «temps longs» correspondent au temps de la recherche telle qu’elle se pratique dans les laboratoires. C’est aussi celui des processus dits «de résidence» existant dans les milieux artistiques et que le projet souhaite déployer dans l’univers académique.

A la rentrée 2019, une première série de «temps forts» a été initiée avec les Cafés Frappés dont il est possible de retrouver l’historique ici https://cafe-frappe.gitlab.io/: ils abordent nos responsabilités de consommateurs citoyens et les bénéfices de solutions alternatives. Par ailleurs un premier projet de «temps long» est en cours de construction avec les instances académiques. Document complet soumis à l’administration de l’Ecole.

   

Etape 5 : élaboration de propositions de programmes d’enseignement, formation, recherche

Parallèlement à ces démarches, l’administration a mandaté un groupe de professeurs, constitué en ‘Commission Transition Écologique des Instances Académiques’, afin de réaliser en particulier une cartographie des enseignements du cursus ingénieur de CentraleSupélec reliés aux questions du développement durable.

Cette Commission a pour mission de faire des propositions d’évolutions des enseignements dans ce domaine et notre dossier est en bonne voie pour en faire partie. La Commission est composée d'une quinzaine de professeurs intéressés à faire inclure dans le cursus actuel les éléments permettant de faire face aux grands enjeux auxquels seront particulièrement confrontées les générations futures. Elle a également inclus en son sein un représentant des élèves et un représentant des anciens permettant ainsi de diversifier les profils pour bénéficier d’un multiculturalisme toujours enrichissant.

A l'issue de cette première période, des liens permanents devront être tissés entre acteurs du campus et acteurs du monde extérieur pour:

-appuyer la démarche de la Manufacture pour une transition écologique, citoyenne et solidaire et ses     premiers travaux, en faisant le lien entre la démarche de l'Ecole     et la communauté des anciens élèves, notamment en identifiant et     proposant des compétences,

-participer     à la démarche de l'Ecole plus globalement en participant aux     groupes de travail et comités pertinents de l'Ecole.